Bonjour les jolies familles !

Avant tout, je tenais à vous remercier pour toutes vos suggestions de sujets à propos de ma vie et mon expérience de maman de jumeaux. Ça fait un moment que j’ai envie de partager avec vous tous ces moments merveilleux (enfin… plus ou moins 😉 ). En partant de la grossesse à l’accouchement, les premières fois de mes zenfants, jusqu’à aujourd’hui. Les rires, les cris, les pleurs (et là, je vous parle seulement de moi 😀 ) J’espère que vous allez aimer découvrir cette partie intime et très importante de ma vie de maman ! Bonne lecture les jolies familles !

Le 1er test de grossesse.

Oui, je dis bien le 1er ! L’histoire commence début septembre 2005, en Haute-Corse. Voilà trois semaines que j’ai du retard, donc, je décide de faire un test de grossesse. Ô joie ! Il est positif ! Mon homme et moi sommes tout émus ! A ce moment là, on sait que notre vie va changer, mais on ne le réalise pas encore 😉 Nous sommes tellement heureux, qu’on ne peut s’empêcher de l’annoncer à nos familles ! (ça n’est pas une bonne idée de le dire trop tôt, on sait…mais bon, quand c’est la première fois…) Tout se passe bien, je n’ai pas trop de symptômes désagréables.

A cette époque là, je travaillais dans un hôtel, la saison se terminait le 31 octobre et le 1er novembre, je devais rejoindre mon homme, qui était parti rejoindre sa famille en Bretagne, pour les vacances de la Toussaint. (il y était depuis le 25 octobre) . Après mûres réflexions, on avait pris la décision de quitter la Corse (mon île, là où il y a toute ma famille), pour aller s’installer en Bretagne.

Chamboulements

Le 27 octobre, pendant mon jour de repos, je ressent une douleur au bas ventre et je perds du sang (oui, je sais que ce n’est pas le genre de chose qu’on a envie de lire, mais bon… c’est la vie). Je suis seule, je m’inquiète. Je décide donc d’aller à l’hôpital de Bastia, pour voir un médecin. J’explique mon soucis à l’infirmière et elle me dit que ce sont des choses qui arrivent. Après l’examen, elle me dit de rentrer me reposer et que si les pertes s’arrêtent c’est que tout va bien, mais si elles continuent, ça pourrait signifier que je fais une fausse couche. Je rentre donc chez moi, encore plus stressée.

J’ai toujours mal au ventre, mais je ne sais pas si c’est le stress ou le chamboulement qui se passe en moi. La journée passe au ralenti. La douleur est toujours là, les pertes aussi…A présent, je suis sûre que je fais une fausse couche. J’ai mon homme au téléphone ce soir la et lui annonce, en larme, que je viens de faire une fausse couche. J’entends à sa voix qu’il est à la fois triste et démuni. Il est loin et ne peut pas me consoler. Heureusement, on va bientôt se retrouver en Bretagne et ces petites vacances me changeront les idées.

Nous avons passé quelques jours de vacances en Bretagne, puis à Paris ! C’était très agréable! Notre retour en Corse, en avion, a été très mouvementé! On était dans une tempête, on avait l’impression qu’on allait s’écraser! La tempête était si forte, que l’avion avait été détourné à Ajaccio. De là, nous avons eu un car qui nous a conduit jusqu’à l’aéroport de Bastia,je me souviens qu’ils nous avaient offert un sandwich pour la route, que je n’ai pas réussi à manger : il ne passait pas. J’avais mis ça sur les secousses de l’avion.

2ème test de grossesse.

Quelques jours passent, nous sommes fin novembre et je suis toujours nauséeuse. Là, ça ne peut plus être à cause du vol. Je décide donc de faire un test. Tout le monde nous disait que je devrais attendre plusieurs mois avant d’essayer de tomber enceinte à nouveau… Mais mon instinct me disait qu’il fallait faire ce test. Et là : positif ! Cette fois, mon homme et moi décidons d’en parler à personne et de l’annoncer après les fêtes de fin d’année! L’avantage de ne pas boire d’alcool, c’est que je n’avais pas une attitude suspecte envers sa famille :p Si ce n’est mes envies de pastèque, en plein décembre !

Ça n’est pas mon test – Image internet

Début Janvier, mon homme part en Bretagne pour chercher du travail et un logement. Pendant ce temps la, je suis en Corse à essayer de préparer le déménagement… Pas évident du tout. J’avais des nausées, certaines odeurs m’étaient insupportables !

Les petits désagréments

On avait mis un produit dans le lave vaisselle, qui permettait de nettoyer la machine à chaque fois qu’elle tournait, sauf que je ne supportait plus cette odeur chimique! Pareil pour l’assouplissant : impossible d’étendre mon linge, le parfum m’était insupportable ! Vous comprenez bien que le mot insupportable = courir aux toilettes pour … oui, eh bien pour concrétiser mes nausées ! Un jour, mon père et son amie sont venus me rendre visite et quand ils m’ont demandé si ils pouvaient faire quelque-chose pour moi, je leur ai demandé si ils pouvaient étendre le linge, vider le lave vaisselle et jeter le produit qui était dedans. Mais avant qu’ils commencent, je suis allée m’enfermer dans la chambre, histoire d’être sûre de ne pas sentir la moindre odeur.

Durant ces premiers mois, il y a beaucoup de choses que j’adorais manger avant, que je ne pouvais plus sentir (c’est le cas de le dire) Vous vous rendez compte, je ne pouvais plus manger de gnocchi !!!!!! Quel drame ! 😉

Le premier examen.

J’avais pris rendez-vous à l’hôpital le 13 janvier 2006, pour faire mon premier examen et donc, échographie. Mon père, m’avais dit que j’aurai due faire un autre examen, avant l’échographie. J’avais donc pris rendez-vous chez une gynécologue, une semaine avant l’hôpital, afin de savoir si tout allait bien. Je devais manger chez mon père à Bastia, puis aller au rendez-vous. Ce jour là, je part tranquillement de chez moi (dans le Cap Corse, à Sisco, à environ 25 minutes de Bastia) et alors que j’étais encore sur la petite route qui me conduisait à la Marine, dans un virage boueux, mon volant se bloque et ma voiture fini sa route dans un fossé. Heureusement qu’il y avait un poteau, sinon, je finissais dans un jardin. Et heureusement que ça ne m’étais pas arrivé sur la route vers Bastia, sinon…je ne serai plus là.

J’appelle mon père en larme, en lui disant que j’ai eu un accident, puis mon homme. Les gens qui habitent autour viennent voir si je vais bien. Mon père vient me chercher. Heureusement que j’avais un examen ce jour la, comme ça, j’ai pu savoir que tout allait bien, que j’étais bien enceinte 😀 Une journée bien remplie, qui se termine avec le remorquage de la voiture, chez un copain garagiste.

La première échographie

Le 13 janvier est là . Comme je n’ai plus de voiture, c’est mon père qui m’accompagne à l’hôpital pour mon examen. Quand j’arrive, le docteur est au téléphone, en train de parler d’une de ses patiente, une jeune fille de 17 ans, qui est enceinte et ne souhaite pas garder son bébé… Il me voit et coupe court à sa conversation. Il me met à l’aise et je m’installe pour l’échographie.

Je me souviendrai de ce jour toute ma vie : je suis allongée, le médecin se trouve sur ma droite et l’écran est juste en face de moi. il commence l’examen et là, je vois ce qu’il y a sur l’écran. C’est à ce moment que le médecin me dit :  » alors, j’ai une bonne ou une mauvaise nouvelle » et je lui réponds  » ce sont des jumeaux! » avec un grand sourire sur le visage! Je voyais bien les deux petites formes ! En voyant ma tête, il me dit  » je vois que c’est une bonne nouvelle alors !  » avec un grand sourire ! Des jumeaux dizygotes !!!

Je sort de la salle d’examen et annonce la nouvelle à mon père. Il est sous le choc positivement ! Je suis vraiment heureuse! Sur le chemin du retour, j’appelle mon homme au téléphone et je lui dis  » tu es assis ? On va avoir des jumeaux !!!!! » Il est tout fou au téléphone!

A partir de là, tout devient vraiment concret! Mon corps est en train de créer la vie de deux êtres vivants! Une nouvelle aventure va commencer et on devient une famille ! La suite au prochain épisode 😉

Echographie : nouvelle aventure
Mon échographie : Nouvelle aventure

Comment se sont passés vos premiers mois de grossesse ?

1
Bonjour !
Bienvenue sur Piqûre d'étoffe !
Comment puis-je vous aider ?