Bonjour, bonjour !

Pourquoi je couds ? « En en voilà une bonne question ! » C’est vrai ça, je me rends compte que je ne vous ai jamais expliqué dans le détail, les raisons qui m’ont conduite à m’asseoir devant ma machine à coudre.

Ce qui me fait vibrer, c’est de permettre aux personnes de montrer,  grâce à mes réalisations, leur côté unique, qu’elles n’aient plus peur d’affirmer leur originalité, leur différence. Personnellement, je n’aime pas être obligée de rentrer dans un moule et de faire comme tout le monde. J’apprécie d’autant plus les gens authentiques, sincères, peu importe ce qu’en disent les autres. Au travers de créations personnalisées, je veux les aider à faire ressortir leurs valeurs uniques, vraies et sans chichis. Chaque personne devrait se sentir libre de s’exprimer, de sortir du rôle ou de l’image qu’on voudrait lui donner et d’écouter l’être unique et merveilleux qu’elle porte en elle sans se sentir jugée, mais épanouie en assumant  son choix de vie et de style.

D’où me vient cet intérêt pour la création ?

J’ai grandi dans une famille d’artistes, dans laquelle on aime bien fabriquer nous-même nos cadeaux, avec ce qu’on a sous la main. Le but premier, étant de rendre les gens heureux tout en laissant libre cours à notre imagination.

Dès mon adolescence, j’adorais prendre des photos argentiques en Noir et Blanc (que je développais dans mon labo à la maison, faire des cartes, des collages…

Le temps a passé et je suis devenue maman. Ne pouvant rester sans rien faire de mes mains (oui, des jumeaux ça occupe, mais il faut aussi trouver une activité ludique, pendant leurs siestes 😀  ) je me suis d’abord essayée à la peinture sur tissus (je customisais leurs vêtements), puis à la peinture sur verre (pour des cadeaux)  tout en m’adonnant toujours à la photo (pour les souvenirs).

Plus tard, en tant que touche à tout, je me suis mise à créer des faire-parts, activité qui fonctionnait plutôt bien d’ailleurs. Une chose en amenant une autre, je me suis dirigée naturellement vers l’organisation de mariages et beaux événements. J’ai eu la chance de rencontrer des personnes formidables qui m’ont fait confiance et avec qui j’ai mené à bien de superbes projets. Bien que regorgeant de potentiel, ces deux activités n’ont pas perduré, faute de connaissance des techniques de vente et d’activités promotionnelles – me mettre en valeur étant à l’époque compliqué pour moi.

Bien sûr je ne me suis pas arrêtée là et, toujours en quête de nouvelles aventures, j’ai découvert la pâte fimo, avec laquelle j’ai réalisé des bijoux fantaisies, que je vendais dans une boutique en ligne. Les ventes démarraient très bien, je commençais même à me faire connaître, grâce à un article dans la presse Corse. Mais n’ayant pas les bonnes bases commerciales pour avancer, je retournai temporairement à un job alimentaire.

Le temps de la couture est arrivé.

Tout est parti d’un essai couture pour moi, puis d’une demande de la famille et de fils en aiguilles (c’est le cas de le dire), j’ai pris de plus en plus de plaisir à coudre, à apprendre et à me perfectionner. Et surtout, je suis vraiment heureuse quand je fais plaisir aux gens.

Ce qui m’a conduit à faire beaucoup de choses, sans nécessairement trouver mon style, ma patte. Au fil du temps, j’ai orienté mes réalisations, vers mes choix, que ce soit pour les formes ou les matières. J’étais en train de créer mon style, sans vraiment en être consciente.

J’ai ainsi créé le site puis, la boutique en ligne, et il a donc fallu que je donne un tarif à mes réalisations. Croyez-moi, il n’y a rien de plus difficile, surtout lorsqu’on est autodidacte. J’avais fait des tarifs qui correspondaient à ma vie, ma famille, mon passé… Certains me disaient que je ne vendais pas assez cher et d’autres que je vendais trop cher! Espérant satisfaire le plus grand nombre, j’avais fini par baisser certains de mes tarifs… Résultat de tout ça : je ne vendais plus. BRAVO Anne-Lore! 🙂

Il y a encore quelques mois, je n’avais pas conscience de la raison profonde de mon Pourquoi. C’est à dire, Pourquoi j’ai décidé de réaliser ces styles de sacs et accessoires.

Comment en suis-je arrivée à cette prise de conscience ?

Après tout ça, je me suis remise en question et j’ai décidé de me reprendre en main. Et pour cela, il me fallait de l’aide, car même si je me suis presque toujours débrouillée seule, il faut parfois ouvrir les yeux et réaliser que se faire aider n’est pas une faiblesse, mais une force.

Je suivais depuis très longtemps, Mélanie « Les Pies bavardes » que ce soit sur faccia di bucco ou en lisant ses articles de blog, mais je n’avais jamais osé me lancer dans une de ses formations en ligne. Et un jour, après un webinaire très instructif, j’ai sauté le pas et ai acheté ma 1ère formation. Grâce à cette formation, ma motivation a été multipliée par 100 et j’ai commencé à revoir ma façon de penser, mes tarifs et à faire des modifications sur le site (qui a encore plus changé depuis). J’ai également travaillé pour essayer de trouver la clientèle que je visais avec mes créations et aussi, donc, trouver POURQUOI je couds.

C’est un travail qui prend du temps, je pensais avoir trouvé mon pourquoi rapidement, mais c’est en faisant une autre formation chez Mélanie, que j’ai mieux cerné tout ça. A présent, il va falloir que je travaille mon site, afin que vous puissiez mieux saisir mon message 😉

Pour conclure, voici une citation qui représente bien ce que je souhaite vous transmettre :

Être différent n’est ni une bonne, ni une mauvaise chose. Cela signifie simplement que nous sommes suffisamment courageux pour être nous-même.

Jean Delacour

1
Bonjour !
Bienvenue sur Piqûre d'étoffe !
Comment puis-je vous aider ?